Yoan Armand Gil regarde tous les arts dans l’optique d’une succession ininterrompue de leur histoire avec l’histoire des images, et agit dans de nombreux domaines – dessin, estampe, livre, sculpture, graphisme, musique, cinéma, performance… poursuivant une réflexion fluide. Il déplace des formes d’un lieu à l’autre comme part d’un continuum spatio-temporel. Image, assemblage de diverses parties ne résultant pas strictement d’un tout homogène mais reformées dans une unité parfaite. Images sans littérature, mais pas sans architecte. Les sources, les indices, l’authenticité sont un jeu où abondent fausses pistes et traquenards. L’image est autonome, le commentaire également.
Les citations forment des télescopages qui ancrent son travail dans une généalogie où abondent les références aux arts de la mémoire et des jardins, à la magie, à l’alchimie, à l’art ancien et moderne, aux inventeurs du cinéma, à l’iconographie ésotérique, à l’infini corpus de l’estampe ou à l’imagerie populaire. Il joue de la pluralité des perspectives dans l’art, qu’il conçoit comme lieu d’incertitude et d’expérimentation, dans le processus d’élaboration et dans l’énonciation. Un art du détour, du décentrement, de la parodie, de la diversion, de l’insolence, du simulacre, de l’autodérision et de l’excentricité. Rendus divers, hors-temps et hors-champs cohabitent avec mise en pièces et collage. Dans les compositions, des lignes de force s’accentuent et se contrarient mutuellement, le regard est détourné de l’original cité afin d’agencer une image nouvelle pour un regard neuf. Dispersions, bifurcations, séries, citations, ruptures, répétitions sont les figures de style qui autorisent la survivance des strates empilées.
Ses dessins et ses estampes périscopiques agitent, avec une nonchalance nerveuse et une ardeur joyeuse, un pur monde dont les toniques sont le trait – noir et précieux -, et la couleur- en spots vifs. Son univers est une sorte de mirodrome idéalisé, en deux dimensions et sans perspective. Il plonge ses ciseaux dans l’imagier monstre, saisissant l’image sous toutes ses coutures.
Tout cela est traité, découpé, recyclé, scénarisé, colorisé, réorganisé, monté. Juste puissance du regard. L’art est une science de théâtre, une illusion entre la vie et la mort où se déroule le jeu des apparences, où l’imaginaire fixe les rêves.
Le mannequin, hiératiquement introduit dans ses toiles par Giorgio de Chirico, sublimé dans les poupées écartelées et reconstruites d’Hans Bellmer, objet néo-dada que les surréalistes désignent comme idéalement propice à provoquer ce sentiment freudien d’inquiétante étrangeté, est une carcasse vide, hyperréaliste, une coque sans chair que Yoan Armand Gil investit comme jouet, fusion d’humain, de mécanique poétique et de nature, parfois en autoportrait. Il joue de la confusion des règnes, végétalise la représentation de l’humain, nanti de chevelures de lichen, une touffe de mousse dans le thorax. Réminiscences des jardins maniéristes où la pierre et les plantes s’amalgament, l’art et la nature ayant renoncé à la partition.
Son oeuvre comme totalité cohérente est formée de dispositifs hybrides liés par une bibliothèque encyclopédique - au sens de réservoir - des arts, des sciences et des civilisations. Un goût pour le kitsch, le suranné, le décalé, la bella maniera et la transgression suscitent une oeuvre qui interroge le surgissement et la simultanéité des images avec une acuité puissante et originale.

 

 

Joëlle Busca

 

In Plumes de cheval

 

 

 

 

 

Yoan Armand Gil

Né en 1977 à St Avold (mozelle), vit et travaille à Gajan (30)

Diplômé de l’école des Beaux‐Arts de Nîmes en 2001, Y.A.Gil a pu bénéficier de bourse lui permettant d’aller étudier l’art des jardins en Italie. Il a depuis participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger. Il est l'un des créateurs de la maison d’édition VENUS D’AILLEURS.


EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection) :

2019

Main Tenant, Galerie les Yeux fertiles, Paris

Albums, Médiathèque de Belvezet

Codex Androgynus, Lycée A.Camus, Nîmes

2018          

Le bal des Ardents, Musée des arts et métiers du livre, Montolieu                   

Mic Mac, Le 100 Ecs, Paris

2017          

Arcane 17, l’âme du rêve, Galerie Saga, Hellemmes                  

De la nature des liens, invité par Jéremy Chabaut (Jeune Création), Cabane Georgiana Marseille                  

Puzzle, Maison de la gravure Méditerranée, Castelnau le lez                  

Venus Codex, L’espace du dedans, Lilles                  

100/100 imprimé, Le comptoir du livre, Liège

2016          

la Nef, Fol’été, Salin de Giraud                  

Piano, Piano, Galerie de pôche, Gajan                  

Cadeaux d’artistes, Galerie Aldébaran, Castries

2015          

Venus s’entête, le choeur s’emballe - Galerie 100titres, Bruxelles                  

Compètement à l’Ouest, Centre de ressources J.C.Carrière, Domaine de Bayssan Béziers                  

Alchimie de l’image, Atelier Ph.Lemaire, Villeneuve d’Ascq                  

Ymagier, Médiathèque d’Uzès

2014
« Plûmes de cheval », Galerie Domaine Deuleuze Rochetin, Arpaillargues (30)
« Venus d'aillleurs & philosophes », galerie du philosophe, Le carla Bayle.
« Drac & cie », Lycée Paul Langevin, Beaucaire
« Festival POC » - atelier Frank Garam -Marseille
« Le clos de la fontaines», St Laurent de la Vernede (30)
«  L'arpent semiotique », Fondation du doute, (Ben Vautier) Blois (41)
«  Venus d'ailleurs & Ex libris », Galerie du philosophe, Carla Bayle (09)
«  Rendez-vous N°7 » – Galerie 17, Paris (75)

2013

« Drawing Off » – Salon du dessin, Montpellier
« Orteluque, L'humour noir éclairant le monde »,
Atelier V.D.A Gajan (30)
Le clos de la fontaines, St Laurent de la Vernède (30)
« Venus d'ailleurs & Ex libris »,
Galerie du philosophe, Carla Bayle (09)
2012

« Styx Ubu, des collages » – Galerie 17, Paris (75)
Le comptoir du livre – Liège, Belgique
« Rendez-vous N°4 » – Galerie 17, Paris (75)
« Carte blanche » - Galerie Licence III, Perpignan (66)
« Pan Total » - Rivoli Art, Paris (75)
« Hommage à PAB » – Musée PAB, Alès (30)
« Les chants magnétiques » – Média. de Calvisson (30)
2011

« Les bustes modernes », 340 MS Nîmes (30)
« Les vases communicants », Galerie Sens Uniques – Castres (37)
« Un lieu, des liens, bienvenue au bled! », bibliothèque départementale de Marseille (13).
2010

« Venus d’Ailleurs »Galerie Librairie St hubert – Bruxelles (Belgique)
« Ecarts » Galerie Angle Art contemporain St Paul trois chateaux
2009

« Tractus » Centre d'Initiatives Artistiques de l'Université de Toulouse ‐ Le Mirail (CIAM) (31)
« Poétique et transversalité », LAAB Potager du Roi, Versailles (78)
« VENUS & Cie » Halle St Pierre, Paris (75)
« Artistes/Editeurs », Ecole supérieure des Beaux Arts Nîmes (30)
2008

« Mesclun » Galerie PPCM, Nîmes (30)
« La doublure du théâtre de poche »Galerie AL/MA Montpellier (34)
2007

« Théâtres de la mémoire II » Uzès (30)
2006

« Art vidéos » ‐Toulouse (31)
« Les envies Rhônements – Cie ilotopie
Marais du Viguerat (13)
2005

« Nature, natures » Galerie ESCA –Milhaud (30)
2004

« Théâtres de la mémoire » CIAM –Toulouse (31)
2003

« Côté cour » ‐Ecole des Beaux Arts de Nîmes (30)
« Mulhouse 003 » (68)
2002

« En d’autres termes », Hostellerie de Rênnes les bains (11)
2001

« Glue » Galerie du tableau –Marseille (13)
« Une partie de campagne », Ecole des Beaux Arts de Nîmes (30)
2001

« Photographie » Galerie P.Pannetier‐ Nîmes (30)
« Incursion/excursion » Ecole des Beaux Arts de Nîmes (30)
« Chaire de Paille et autres poussieres », La friche Belle de Mai – Marseille (13)


PERFORMANCES ET EXPOSITONS PERSONNELLES :


2011

« Les jardins de la chandelle verte », 340 MS, Nîmes (30)
2010

« Holy Wood », Jardin de Rosa Lina (Italie – Ombrie)
2009

« Grotesques Caprices », La borde Basse/ Musée Goya ‐ Castres
2006

« Le fourmonnayeur » Bois de Russan – Nîmes (30)
2005

« Hé ! », pour les 80 ans de Jean Dupuy. Galerie Pannetier, Nîmes (30)
2004

« Les menus plaisirs » compagnie ilotopie, spectacle à Gap (05)
2002

« La tête d’orchard », Collège Jean Rostand –Nîmes (30)
2001

« Ballade champêtre », domaine de Kerguehennec (56)
« Hortus » ‐Jardin en frîche de St Gervasy (30)
« Croquet le Mar‐mô », Galerie du tableau – Marseille (13)


RESIDENCES

2019 Lycée Albert Camus, Nîmes (30)

2018 Le 100 Ecs à Paris (Mic Mac)

2015 Médiathèque d’Uzès (Ymagier)

2014 Lycée Paul Langevin, Beaucaire (30)
2009 Artiste/éditeur, école des beaux arts de Nîmes (30)
Janvier 2007 Citron jaune, Compagnie ilotopie (13)
Sept‐Dec 2005 Citron jaune, Compagnie ilotopie (13)
Nov 2004 Citron jaune, Compagnie ilotopie (13)

 

FILMOGRAPHIE

2017-2020 Thêatres de papier (Lattier, De Batz, Poirier) VDAN°15 (Réa)

2016 Documentaire sur Venus d’Ailleurs sur la chaine Youtube de LR2L                  

La chasse aux papillons, avec Claude Ballaré (Réa)                  

Le petit Train, Algecow (Réa)                  

Joseph’s Dream (Réa)    
2012 « Outer Space II »
« Les mystères de l’ascience »
« Jean-Claude Carrière, la science et l’imaginaire »
« Fernando Arrabal, Fééries de la confusion »
« Géo Matiche et la nooptique »
« Pansémiotique & Topolinologie »
« Richard Khaitzine ‘Pataphysique & Alchimie »
2011 « Outer Space I »
2007 « Le noyau de l’hippocampe » ( coréa. avec A. Aura)
« Les songeries de Mr Sadi » de R. Leboissetier
2005 « Le théâtre de poche d’Aurélie Aura (Chef op)
« Lucie » d’Aurélie Aura (Chef op)


DISCOGRAPHIE (Sous le nom d'Arsène Tryphon)

2019 Gaa ars den vida da

2018 Dadagong

2017 Parades automates

2015 Ten
2014 Arsène Tryphon & les coquillards
2013 Bruit D'Or


PUBLICATIONS

2006 - 2020 Rédacteur en chef de la revue d’artistes et des éditions VENUS D’AILLEURS
2009 – 2020 graphiste sur plusieurs ouvrages des éditions
Méridianes : Dominique Gauthier, Augustin Pineau, Yves Reynier, René Pons, Gabrièle Chiari, Vladimir Skoda, Alain Clément...

2012 N'en-à-qu'un, Christine Van hacker, Ed. Du chemin de fer
2009 Le canard en plastic N°4, carnet de dessins
2008 Papier Libre N°52 Mars 2008, carnet de dessins
2004 Papier Libre N°36 avril Article Le dézoneur des artistes
« Théâtres de la mémoire » C.I.A.M toulouse (31)
« Côté cour » ‐ école des Beaux‐Arts de Nîmes (30)
« Mulhouse 003 » (68)
2001 « Chair de paille et autres poussières »,
Triangle, La friche Marseille (13)

 

 

Expositions & présentations (Sélection)

Avec Venus d'Ailleurs
 
Lou Dubois, présentation de Mad is Rose, Librairie Laure Matarrasso, Nice (2014)
Effrayante lignée, Michel Cadière, Galerie Pannonica, Bruxelles (2014)
Umour Monstre, complétement timbré Biennale Sud Estampe - Nîmes (2014)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°10, Patrice Mériot (2014)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°9, Darnish (2014)
Pan Total - Langues de Blois Fondation du Doute,Blois (2013)
Orteluque (collective) Atelier V.D.A, Gajan (2013)
Carbone, Biennale Sud estampe, Nîmes (2013)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°8 Christian Guez, Bruno Garrigues, Christian Van Haesendonck (2013)
GALERIE 17 - STYX UBU, collective (2014)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°4 Zaïda Gonzalez & Y.A.Gil (2012)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°3 Augustin Pineai & Charles Dreyfus ( 2012)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°2 Susan Mende & Alain snyers (2012)
GALERIE 17 - RENDEZ-VOUS N°1 Michel Cadière & Benoit Pingeot (2011)
Les jardins de la chandelle verte,Y.A.Gil 340 Ms, Nîmes (2011)
Buste moderne (collective) 340 Ms, Nîmes (2011)
Hommage à V.Brauner, Benoit Pingeot Librairie St Hubert, Bruxelles (2011)
Photomancie, (collective) galerie de la salamandre, Nîmes (2011)
La seconde Respiration, Michel Cadière Librairie Jean-Yves Lacroix, Nîmes (2009)
Grotesques Caprices, Y.A.Gil la borde-basse/musée Goya, Castres (2009)
Carnets nomades, Michel Cadière Musée de la Halle St Pierre, Paris (2009)
Artistes/Editeurs Ecole des Beaux-Arts de Nîmes (2009)
Salons d'éditions
Nombreuses participations à Nîmes :
Entre Revues (2011)
Salons Art Nim (2009-2010)
Salons du livre d’Artiste Carré d’Art (2009-2014)
Librairie La Palourde (2009-2010)
Rencontre avec la revue contemporaine Galerie P.Pannetier (2009)
Présentation des éditions aux bibliophiles du Gard (2009)
 
Ailleurs :
Histoires de livres, Salon du livre d’artistes de Bruxelles - 2014
Salons du livre d’Artiste de Montpellier - 2014
V.D.A - réinventer le livre sous toutes ses formes,
Catarina Figueiredo Cardoso bibliothèqueuniversitaire de Birmingham,The Library of Lost Books (2013)
Fugueurs de Lire - Musée Grand Curtius,Liège (2013-2015)
)Les Chapiteaux du Livre - Béziers (2012-2015)
Licence III, Perpignan (2011)
Art Page, Octon (2011)
Salon Vivre Livre, St Ambroix (2009-2012)
Roman(s) à Romans (2009)
LAAB, Poétique et transveralité, Potagerdu Roi, Versailles (2009)
VENUS & Cie, Musée de la Halle St PierreParis (2009)
L’épouvantail sous le chêne, Viol en Laval (2009)
Méridianes / VENUS D’AILLEURSGalerie Où, Marseille (2009)
Salon de la petite édition, Bourges (2009)
Mini-Salon du livre d’Artiste, LaLucarne des Ecrivains, Paris (2009)
VENUS D’AILLEURS, Galerie AL/MAinvité par les éditions Méridianes (2009)
V.D.A, Le Mangelire, Arles (2009)
Au soleil sur la plage (18ème Salon de lapetite éditions) Crest (2009)

 

Acquisitions/Collections publiques :
Carré d’Art (Périodiques et fond précieux)
Centre G.Pompidou (Collection des revues d’Artistes)
Direction départementale du livre et de la lecture de l’Hérault.
Centre Culturel Le Bief, Artothèque d’Ambert
Collection C.F.Cardoso (Portugal)
Bibliothèque Barre Parallèle – Barre desCévennes
 
Presse :
Locale : Vent Sud, La gazette, Midi Libre,Midi loisir, Revue des amis du MuséeP.A.B.
Nationale et internationale : Arts & métiersdu livre, La matricule des anges, Multiprise,JAB (U.S.A).
 
 
 
 
 

Chez Y.A.Gil, l'oeuvre résulte de bricolages protéiformes maniéristes.
Au travers de performances, sculptures, films, collages, dessins, archives et éditions, il étudie la pensée magique dont la mnémotechnie est en quelque sorte le langage. L'oeuvre fonctionne comme un rébus et un « imago mundi » symboliquement riche, où l'arbre par exemple très présent est un équivalant du jardin primordial, le « Urwald » perdu, l'Eden mais également la mélancolie du jardin hivernal saturnien, celui de Priape dédaigné par Venus. Si l'on se laisse prendre à cette promenade étrange et mystérieuse, la présence constante de l'indéterminé a pour effet, dans le même mouvement, d'annuler et féconder les principes contradictoires. L'Ambiguïté dissimulée au coeur de la représentation nous fait appréhender conjointement comme familier et étranger, comme attrayant et répugnant, l'objet de notre inquiétude.
Cette monstration de l'indétermination du réel joue ici avec humour à poser les fondements d'une « Tératologie pansémiotique » et comme le disait Valery : « Que serions-nous donc sans le secours de ce qui n'existe pas ? »

 

Erik Garnier